AGORA, 2011
Projet de sculpture dans l’espace public, Collège de Saint-Herblain (non réalisé).

agora1-2011

Matériaux : Grillage.

La structure de dix mètres de diamètre évoque un labyrinthe. Elle se compose de huit surfaces grillagées courbes d’environ trois mètres de haut, maintenues et fixées à distance du sol sur des poteaux métalliques. Le rond central est aménagé en creux avec une marche ou un gradin à sa circonférence.

Le matériau de base sera le grillage utilisé pour les clôtures mais le maillage sera travaillé en losange. Le projet est axé sur les effets de lumière ; les surfaces grillagées sont disposées de manière à créer des effets changeants de transparence et d’opacité, d’apparition et de disparition.

La structure est placée dans le parc paysager, en étroite relation avec son environnement naturel parce que les surfaces grillagées sont le support de phénomènes visuels variant selon l’heure, l’éclairement et le point de vue. En fonction de l’angle d’incidence de la lumière, la surface apparaît soit opacifiée soit en transparence laissant alors apparaître ce qui, l’instant d’avant, ne pouvait que se laisser deviner comme une silhouette. Ainsi, les surfaces pourront aussi être le support du spectacle éphémère et évanescent de la lumière en perpétuel changement.

Pour un point de vue extérieur, lorsqu’un collégien pénètre dans le labyrinthe, sa silhouette s’estompe à mesure qu’il franchit les écrans successifs, tandis qu’elle émerge pour ceux qui se trouvent à l’intérieur.

Les phénomènes perceptifs que suscite la structure—opacité, transparence, dissolution/émergence des silhouettes, jeux d’ombres projetées— sont associés à l’effet du coeur du labyrinthe qui, formant un mini-amphithéâtre central, dirige aussi le regard et le corps tout entier vers le ciel et sa luminosité variable.

FaLang translation system by Faboba